Connexion

Articles récents:

Histoire succincte de la Maison de Roquefeuil

 

Les Roquefeuil-Padiès, cadets des Roquefeuil-Blanquefort

Nous venons de raconter l’histoire de la branche aînée, nous allons maintenant vous parler de celle de Padiès dont nous descendons tous .

Nous avons vu qu’Antoine de Roquefeuil s’établit à Padiès, dans le Tarn, près d’Albi. Il avait hérité de 6.000 florins d’or, somme assez considérable pour l’époque, mais il dut faire un procès à son frère Jean, pour obtenir le paiement effectif de son héritage.

Grâce à cet argent, il acquit plusieurs fiefs de la région de Padiès, dont la Salle Padiès.

Les premières générations de cette branche conservèrent pendant un bon siècle des liquidités importantes, car nous savons que Guillaume de Roquefeuil, petit-fils d’Antoine, fera l’acquisition de fiefs relativement vastes au sud-ouest du Rouergue, dont celui de Pinet, qui dépendent directement du Roi.

Les premiers Roquefeuil-Padiès vécurent comme des seigneurs assez puissants et s’allièrent à la bonne noblesse de l’Albigeois et du Rouergue. Plusieurs d’entre eux furent d’Église et furent prieurs du prieuré bénédictin de la Canourgue, avec la seigneurie de cette petite ville.

L’un d’entre eux, Jacques, fut commandeur de l’Ordre de Malte. La plupart vécurent sur leurs fiefs, et servirent militairement le Roi, lors des appels du ban et de l’arrière-ban.

C’est ainsi que Jean de Roquefeuil, de la branche de la Salle, reçut en 1590 une commission pour commander et gouverner les troupes tant à cheval que de pied dans le pays de Vabres, C’est à dire du Sud-Ouest du Rouergue.

C’est de cette époque que date l’éclatement de notre famille en de très nombreuses branches .

En effet, Antoine de Roquefeuil eut deux fils qui firent souche.

L’aîné, Jean, est l’auteur des branches du Bousquet, d’Auvergne, de Montpeyroux, d’Amber et de Bars.

Le cadet, Tristan, de celles de la Salle-Padiès, éteinte, de la Bessière et de Cahuzac.

La branche aînée va s’établir au Bousquet, à Montpeyroux, dans l’Aubrac, au début du XVIIème siècle, à la suite d’une alliance, mais conserva des biens dans la région de Padiès jusqu’à la Révolution.

Elle porta le titre de marquis du Bousquet à partir de 1695 et fut reçue aux honneurs de la Cour.

La branche cadette resta essentiellement dans l’Albigeois, et fournit plusieurs consuls à la jolie ville de Cordes. Elle porta les titres de marquis de La Salle et de Cahuzac.

Bien que les possessions des Roquefeuil fussent éloignées des mers, notre famille a fourni beaucoup de marins.

Cela est dû à un heureux concours de circonstances que sut habilement utiliser le premier d’entre eux, Jacques-Aymar de Roquefeuil.

Celui-ci était un cadet de la branche du Bousquet qui était destiné à rentrer dans l’Ordre de Malte. Avant de partir faire ses caravanes, il était à Toulon, lorsqu’il fut présenté au marquis de Seignelay, le fils de Colbert, ministre de la Marine, et surtout gendre de Marie-Gilberte de Roquefeuil, la dernière de la branche aînée.

Seignelay, qui cherchait des jeunes gens pour la marine royale, persuada son jeune et lointain cousin d’entrer dans celle-ci.

Jacques-Aymar fit une très brillante carrière, au cours de laquelle il prit 14 vaisseaux à l’ennemi, et termina sa carrière en mer, avec le grade de lieutenant général des armées royales. Il décéda en effet à la tête d’une expédition qui devait permettre le débarquement du prétendant Stuart, en Angleterre. Le bâton de maréchal lui avait été promis à son retour, mais la mort l’empêcha de terminer sa mission.

Ses deux fils furent également des officiers généraux de la marine. L’un d’entre eux, Aymar-Joseph, termina avec le grade de vice-amiral de France, avec rang de maréchal et la Grand-croix de Saint-Louis. Il fut le premier directeur de l’Académie de Marine; il fut l’un des principaux organisateurs de la politique navale de Louis XV et de Louis XVI, qui permit à la France de vaincre l’Angleterre, au cours de la guerre d’Indépendance de l’Amérique. Le cadet René- Aymar fut chef d’escadre, membre aussi de l’Académie de Marine.

A la suite du succès de trois de ses membres, de nombreux jeunes Roquefeuil de diverses branches entrèrent dans la marine royale. Citons brièvement Alexandre, fils de René-Aymar, héros de la bataille du Québec et de la Surveillante, Pierre de Roquefeuil-Montpeyroux, brigadier des armées navales, Pierre de Roquefeuil-La Devèze, qui combattit au combat d’Ouessant, et participa aux guerres d’Indépendance de l’Amérique, Charles-Balthazar de Roquefeuil-Cahuzac, capitaine de vaisseau qui participa également à la guerre d’Indépendance, et fut fusillé après le débarquement de Quiberon, ainsi que son parent Pierre de Roquefeuil.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9