Connexion

Articles récents:

Histoire succincte de la Maison de Roquefeuil

Les Roquefeuil de la première maison

La première fois que nous voyons apparaître le nom de Roquefeuil, c’est en 988 lors du testament de Saint Fulcran. En effet celui-ci laisse une partie du château de Roquefeuil, situé au sud-est de Millau, en haut d’une montagne, l’actuel Mont Saint-Guiral, à l’abbaye de Nant. Ce château a été ruiné dès le Moyen Age et à sa place subsiste une chapelle.

Saint Fulcran était l’évêque de Lodève. Il fut réputé pour sa grande sainteté, son humilité et sa générosité. Mais cependant il sut faire usage de la force lorsque cela était nécessaire. C’est ainsi que, lorsque le vicomte de Lodève voulut s’opposer à la fortification de la cathédrale de Lodève, Saint Fulcran leva des troupes, et le fit prisonnier. Il obligea le vicomte à reconnaître les droits de l’Église puis lui pardonna et se réconcilia avec lui.

Dans ces temps barbares, l’usage de la force était nécessaire pour faire respecter le droit.

C’est ainsi d’ailleurs que Saint Fulcran laissa sa marque dans l’histoire de France en participant au Concile du Puy. Lors de ce concile, l’évêque du Puy obligea, également par la force, plusieurs grands seigneurs à prêter serment de respecter les droits de l’Église, des marchands et des pauvres. Ce concile fut donc l’un des premiers à tenter de mettre en place ce qui deviendra ultérieurement l’idéal chevaleresque et la trêve de Dieu.

La connaissance des ancêtres de Saint Fulcran est une question délicate, car, à cette époque, les grands n’étaient connus que par leur prénom.

Il est très difficile d’établir leurs filiations avec précision. Cependant, lorsque nous retrouvons dans divers documents les mêmes prénoms, dans les mêmes lieux, on peut établir des généalogies avec un niveau de vraisemblance élevé.

C’est ainsi que l’on peut penser avec une forte probabilité que la famille de Saint Fulcran descendait du premier comte de Barcelone, le wisigoth, au nom pittoresque de Wilfried le velu. Les premiers Roquefeuil seraient donc une branche de la puissante maison des comtes de Barcelone qui montera sur le trône d’Aragon.

Il faut signaler que la maison de Barcelone avait parmi ses terres le village de Roquefeuil (en pays de Sault), situé dans l’Aude. Il n’est pas interdit de penser que le constructeur du château Roquefeuil, en haut du Saint-Guiral lui ait donné le nom d’une ancienne terre de sa famille.

Mais tout cela n’est qu’une hypothèse.

Nous savons que les premiers Roquefeuil possédaient des biens très importants, au sud et à l’Est de Millau, dans les actuels départements de l’Aveyron, du Gard et de l’Hérault. Ils s’intitulaient vicomtes de Creyssels et barons de Roquefeuil.

Henri de Roquefeuil aurait été, selon une tradition familiale, un des électeurs d’Hugues Capet, soit de son propre chef, soit en tant que représentant de son parent le comte de Barcelone.

Leurs domaines étaient étendus et une bonne partie de leurs revenus provenaient des péages. En effet, les routes du sud du Rouergue étaient à l’époque assez fréquentées par les voyageurs et les pèlerins.

Henri de Roquefeuil, qui était lui-même un voyageur, s’étant, en revenant d’un pèlerinage ou d’un voyage lointain, égaré dans le massif du Mont Aigoual, eut l’idée de créer un établissement religieux pour accueillir les voyageurs à l’endroit même où il aurait eu le bonheur de retrouver sa femme Yolande, partie à sa rencontre. C’est pourquoi ce prieuré reçut comme nom celui de « Notre-Dame du Bonheur ». Cette fondation eut lieu en 1002.

« Qu’il soit fondé un hôpital pour les pauvres et à ce terroir dit du Bonheur et qu’il soit fait et placé une grande cloche… qui sonnera tous les jours et nuits nébuleuses… pour diriger dans les montagnes les voyageurs et les pauvres »

A l’heure actuelle, les restes de ce prieuré sont malheureusement très délabrés, et une association a été créée pour les sauvegarder.

Les Roquefeuil feront également des donations à l’abbaye de Saint-Guilhem le Désert, dont il auront l’avouerie et dont les ruines semblent maintenant sauvées, même si son cloître a été démonté et ,remonté en Amérique.

En revanche on trouve aussi en 1032, une importante donation faite à l’Abbaye de Sylvanès par Seguin de Roquefeuil. Or cette abbaye connaît encore de nos jours un grand renom grâce au père Gouze, un des promoteurs du renouveau liturgique.

L’Abbaye de Nonenque sera aussi un lieu important de notre histoire

La vie des Roquefeuil de cette époque fut donc celle de grands seigneurs, administrant leurs biens, et faisant preuve de générosité pour les établissements religieux de leur voisinage.

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9