Connexion

Articles récents:

Histoire succincte de la Maison de Roquefeuil

Comme ces derniers, pendant la Révolution française, la plupart des Roquefeuil émigrèrent. Le plus illustre d’entre eux, Innocent Adrien Maurice de Roquefeuil, fils du vice-amiral, qui venait de prendre sa retraite, comme maréchal de camps. Il fut le colonel d’un régiment de son nom de l’armée des princes et mourut de ses blessures en 1796, reçues près d’Augsbourg. Son drapeau est conservé au château de Chantilly.

L’un d’entre eux, François de Roquefeuil de Bars, fut chef de division de l’armée chouanne du Morbihan, et fut un des principaux adjoints de Cadoudal.

Jean-François de Roquefeuil d’Amber fut nommé maréchal de camps à la Restauration, en raison de ses services à l’armée des princes et de Condé.

Signalons enfin, que Louis-Frédéric, marquis de Roquefeuil et du Bousquet, après avoir servi dans l’Armée des princes, revint en France en 1802, et fut l’un des principaux chefs royalistes de l’Aveyron. Il participa à la tentative d’insurrection royaliste de Ferdinand de Berthier en 1814.

Pendant les Cent Jours, il rejoignit la Duchesse d’Angoulême, puis fut envoyé en Rouergue par le comte de Damas pour lever une troupe de volontaires royalistes. En juillet 1815 il était commissaire du Roi pour l’Aveyron. Il aurait, selon une tradition familiale, refusé la pairie.

Une fois la paix civile revenue, la plupart d’entre eux gérèrent les propriétés qu’ils avaient pu récupérer, ou entrèrent dans l’année. Mais beaucoup quittèrent le service pour protester contre la révolution de juillet. Les deux hommes les plus marquants de cette époque furent des membres de la branche Cahuzac.

Camille, officier de marine, fut célèbre pour le tour du monde et les explorations maritimes qu’il fit.

Aymar de Roquefeuil-Cahuzac interrompit une brillante carrière militaire avec le grade de colonel en 1830.

Citons une personnalité politique, il s’agit d’Amédée de Roquefeuil, qui fut député légitimiste de l’Assemblée Législative de la Seconde République.

Mais le Roquefeuil qui aura eu sans doute la plus grande influence politique sera Félix de Roquefeuil-Cahuzac. Félix, polytechnicien, était conseiller référendaire à la Cour des Comptes et fut un ami d’Albert de Mun. Il fut l’un des fondateurs et l’un des principaux dirigeants de l’oeuvre des cercles catholiques ouvriers. Avec Albert de Mun et plusieurs autres, il fut à l’origine du développement de la doctrine sociale de l’Église, qui aboutit à l’encyclique « Rerum Novarum » de Léon XIII, en 1891.

Félix fut aidé par son frère Aymar, colonel de cavalerie, et par son beau-frère, le Général Récamier.

Deux de ses fils auront également un rôle célèbre. L’aîné, Robert, fut président de l’association catholique des jeunes de France, et Henri, capitaine de vaisseau, fut attaché militaire en Grèce pendant la première guerre mondiale, et parvint à installer au pouvoir le dirigeant francophile Venizélos, qui engagea la Grèce au côté des alliés.

Le début du XXème siècle fut marqué par la mort en odeur de sainteté, en 1913, de Félix-Sébastien de Roquefeuil-La Bessière, frère des Ecoles Chrétiennes. Sa vie, faite de souffrances offertes au Christ fut l’objet d’une publication.

Parlons enfin du rôle des Roquefeuil pendant la guerre de 1914.

De même qu’en 1870, où 21 Roquefeuil s’étaient engagés, la plupart d’entre eux furent mobilisés ou s’engagèrent et servirent brillamment, si l’on en croit les nombreuses légions d’honneur et croix de guerre qui leur furent décernées.

Aymar et Henri de Roquefeuil-Cahuzac furent tués en 1915 et 1918.

Nous arrêterons là notre histoire familiale, car les Roquefeuil continuèrent à servir leur patrie pendant et depuis la dernière guerre et en Algérie, où Yves de Roquefeuil-Montpeyroux fut tué.

Ils sont soit encore vivants, soit décédés depuis peu, et leur modestie souffrirait que l’on fît leur éloge, car :

« L’honneur reste, il suffit ».

__________

 

 

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9